Page:Jean de Rotrou-Oeuvres Vol.4-1820.djvu/53

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



Scène IV

Les mêmes, Hémon.




Hémon

Certes, jamais le sort n'a sur humaine race

Tant versé pour un jour de peine et de disgrâce.

Jocaste défaite ! Ô destin inhumain !


Antigone

Vous voyez en sa mort une œuvre de sa main :

Heureuse et douce mort, puisqu'elle a su par elle [790]

De celle de ses fils prévenir la nouvelle !

Voyez si ma constance a de quoi s'exercer ;

Mais ma peine ou ma vie enfin pourra cesser :

Cette raison au moins en mon mal ma conforte,

Que, s'il n'est supportable, il faudra qu'il m'emporte : [795]

Mais de grâce, seigneur, accordez aujourd'hui

Un peu de solitude à ce mortel ennui,

Et me prouvez la part que vous y daignez prendre,

En laissant à mes pleurs le temps de se répandre.


Hémon

Je serais plus cruel que vos propres douleurs, [800]

Si je vous déniais la liberté des pleurs.

Adieu, mais trouvez bon qu'en ce malheur extrême

Je vous laisse vous-même à garder à vous-même :

Domptez de votre sort l'implacable courroux,

Et que votre vertu me réponde de vous. [805]


Il sort.