Page:Jevons - La monnaie et le mécanisme de l’échange.djvu/109

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


terre de monnaie d’argent dont le titre fût inférieur à l’ancien titre légal de 925 sur 1000. Dans plusieurs pays du continent la petite monnaie a souvent été faite d’un alliage très-bas d’argent et de cuivre, appelé billon. Des monnaies de ce genre, qui ne contenaient qu’une partie d’argent sur cinq d’alliage, avaient autrefois cours en France ; mais depuis longtemps elles ont été retirées.

En Norvège la petite monnaie se compose actuellement en partie de pièces d’un demi-skilling et d’un skilling en cuivre, le skilling équivalant à peu près au demi-penny anglais ; mais elle consiste surtout en pièces de deux, de trois, de quatre skillings, faites d’un billon contenant, suivant une analyse qu’on m’a faite au laboratoire chimique d’Owens Collège, une partie d’argent sur trois de cuivre. Ces pièces de billon ont des dimensions très-commodes, et, comme elles sont pour la plupart nouvellement frappées, elles sont propres et nettes. On frappe encore du billon en Autriche.

C’est dans les états formant aujourd’hui l’empire d’Allemagne que l’usage du billon a reçu le plus d’extension, particulièrement en pièces de trois, de quatre et de six kreutzers ; on retire actuellement la monnaie que les Allemands appellent scheidemünze. Elle est composée d’argent allié avec trois et quatre fois son poids de cuivre, ou même davantage. Avant de faire passer sous le balancier cet argent de bas aloi, on a l’habitude de dissoudre le cuivre à la surface des rondelles de métal, de manière à y laisser une couche blanche d’argent pur. Cette opération, qui s’appelle la mise en couleur, donne aux pièces neuves un bel aspect brillant, et permet de les mettre facilement en circulation, Mais au bout de peu de temps la couche d’argent est usée et les pièces présentent un aspect misérable. La monnaie de billon semble aussi jouir d’un pouvoir extraordinaire pour accumuler à sa surface une couche de malpropreté du caractère le plus désagréable, avec laquelle sont bien familiarisés tous ceux qui ont naguère voyagé en Allemagne. En outre elle offre de grandes facilités à la contrefaçon, et il y a plusieurs raisons sérieuses de n’en pas recommander l’adoption.