Page:Jevons - La monnaie et le mécanisme de l’échange.djvu/96

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

obligé de recevoir en paiement pour des sommes illimitées ces monnaies à valeur conventionnelle. Les commerçants pourraient souvent avoir entre les mains la valeur de plusieurs milliers de livres, sans pouvoir les réaliser autrement qu’en les remettant peu à peu en circulation. C’est pourquoi les Actes de 1816 et de 1870 décidèrent que la monnaie d’argent n’aurait jamais cours forcé dans aucun paiement que jusqu’à concurrence de 40 shellings. Cette limite fut sans doute choisie parce qu’en 1816 la pièce de deux livres était regardée comme la plus grosse pièce en circulation ou qui eût des chances d’être émise.

espèces anglaises en bronze

Les plus faibles subdivisions de la livre sont représentées par des pence, des demi-pence et des farthings de bronze, dont les poids respectifs lors de l’émission doivent être de 145,833, de 87,500 et de 43 grains 750. L’alliage dont elles sont formées contient 95 parties de son poids en cuivre, 4 parties d’étain, et 1 de zinc ; c’est exactement le même bronze qui était employé auparavant par les ateliers monétaires français. La tolérance pour le poids est le cinquième d’un pour cent ; et comme les pièces sont à valeur conventionnelle il n’y a pas de minimum pour le poids de circulation. Les raisons qui empêchent de leur donner cours forcé pour des valeurs importantes étant plus fortes que lorsqu’il s’agit de la monnaie d’argent, il a été décidé que les pièces de bronze n’auraient cours forcé que jusqu’à concurrence d’un shelling.

Si un penny de cuivre devait maintenant contenir une quantité de métal équivalent en valeur à la deux-cent-quarantième partie d’un souverain, il pèserait 871 grains, au prix actuel du cuivre sur le marché (75 livres la tonne). Ainsi le poids de la monnaie fractionnaire a été réduit environ au sixième de ce qu’il serait si la monnaie avait toute sa valeur métallique. D’après M. Seyd, le bronze dont les pence sont faits vaut 10 pence la livre, de telle sorte que les valeurs métalliques des pièces sont presque exactement égales au quart de leurs valeurs nominales. Le monnayage du bronze