Page:Jika - La foi et la raison.djvu/30

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.

les femmes, venant au sépulcre avec les parfums, n’y trouvèrent plus son corps[1].

— Le cas de Jonas n’est pas une prophétie, mais simplement une figure.

— Avoue que la figure n’est pas bien réussie. Et la prétendue prophétie de Jacob, n’est-elle aussi qu’une figure ?

— Non, c’est même une des principales prophéties.

— Pourtant, pas plus que les autres elle ne concerne Jésus. La voici : « Le sceptre ne sera point ôté de Juda, ni le conducteur d’entre ses pieds, jusqu’à ce que celui qui doit être envoyé soit venu, et c’est lui qui sera l’attente des nations[2]. » Or, Jésus a vécu six cents ans après que le sceptre fut ôté de Juda, et il n’est pas, non plus, prouvé que ce soit lui que les nations attendaient, en supposant qu’elles attendissent quelqu’un. Il en est de même de la prophétie d’après laquelle

  1. Matt. XXVIII, 1 ; Marc XVI, 1-2 ; Luc XXIV, 1-3 ; Jean XX, 1.
  2. Gen. XLIX, 10.