Page:Joanne, Géographie de l’Isère, 1876.djvu/18

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
15
COURS D’EAU.

çoit la Bourne, entre dans le département de la Drôme par 145 mètres environ d’altitude ; elle quitte l’Isère après un cours de 110 kilomètres, pendant lesquels sa pente dépasse de très-peu 100 mètres. Dans la Drôme, elle baigne la ville de Romans et tombe dans le Rhône entre Tain et Valence, par 107 mètres au-dessus des mers.

Aux plus basses eaux connues, au fort de l’hiver, quand le froid ferme les sources et congèle les cascades, l’Isère roule encore 64 mètres cubes d’eau et demi par seconde devant Grenoble, et 105 au-dessous du confluent du Drac ; c’est quatre fois le débit de la Loire à Tours, dans les sécheresses exceptionnelles, deux fois et demie la Seine à Paris à l’étiage, un grand tiers de plus que la Garonne et la Dordogne ensemble. Malgré cela, cette rivière, navigable officiellement pendant 164 à 165 kilomètres, de Montmélian (Savoie) jusqu’au Rhône, porte en réalité très-peu de bateaux, à cause de l’irrégularité de son lit et de la rapidité de son courant. Dans ses grandes crues, elle roule environ 1,000 mètres cubes par seconde.

L’Isère reçoit dans le département : le Bréda, le ruisseau de Tencin, le ruisseau du Carre, le ruisseau de Lancey, le Mannival, le Doménon, le Sonnant, le Drac, le Furon, la Vence, la Roize, la Morge, la Furé, la Drévenne, l’Ivery, la Cumane, la Bourne, le Furand et, dans la Drôme, l’Herbasse.

Le Bréda (rive gauche) descend des Sept-Laux, où il se forme des déversoirs de plusieurs lacs situés à plus de 2,000 mètres d’altitude. Il coule dans la belle vallée d’Allevard, passe à Pontcharra et porte à l’Isère, outre le tribut de ses propres eaux, celui du Gleyzin, du Feyton et du Bens : ce dernier coule dans la gorge bordée de forêts où s’élèvent les ruines de la Chartreuse de Saint-Hugon, et passe sous l’arche du Pont-du-Diable, haute de 80 mètres. Le Bréda a 40 kilomètres de cours.

Le ruisseau de Tencin, affluent de gauche, tombe, par une jolie cascade, dans la gorge du Bout-du-Monde.

Le ruisseau du Carre ou de Vors, affluent de gauche, descend de Belledonne et traverse le lac Blanc, situé à 2,168 mètres.