Page:Joanne, Géographie de l’Isère, 1876.djvu/4

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


DÉPARTEMENT
DE L’ISÈRE

I. — Nom, formation, situation, limites, superficie.


Le département de l’Isère doit son nom à sa situation sur le cours de l’Isère, puissante rivière venue de la Savoie, qui le traverse du nord-est au sud-ouest et y baigne Grenoble.

Il a été formé, en 1790, de la portion septentrionale du Dauphiné, l’une des provinces qui constituaient alors la France.

Situé dans la région sud-est de la France, il est séparé de l’Italie par le département de la Savoie et par celui des Hautes-Alpes, et de la Suisse par le département de l’Ain. Six départements, le Rhône, Saône-et-Loire, la Nièvre, l’Yonne, Seine-et-Marne, Seine-et-Oise, s’étendent entre sa pointe nord-ouest et Paris, dont il est à 655 kilomètres (au sud-est) par chemin de fer, et à 480 seulement en ligne droite. Trois départements le séparent du Cher, qui occupe assez exactement le centre de la France : ces départements sont le Rhône, la Loire et l’Allier. Il est traversé à l’est et près de Bourgoin, et plus près encore de Saint-Marcellin, par le 3e degré de longitude est du méridien de Paris, et tout à fait sur sa limite orientale, vers les sources du Vénéon, par le 4e degré. Enfin, sa pointe septentrionale s’approche du 46e degré de latitude nord, et, dans sa portion méridionale, au sud de Villard-de-Lans, de Vif, de Vizille, du Bourg-d’Oisans, il est coupé par