Page:Joanne-Géographie du département de la Savoie,1901.djvu/10

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
6
SAVOIE.

des Grands-Couloirs, a 3,861 mètres, soit 949 mètres de moins que le Mont-Blanc : elle s’élève dans la Vanoise, superbe massif dont les vastes glaciers se divisent entre l’Isère, le Doron de Bozel et l’Arc, affluents de l’Isère. Long de 30 à 55 kilomètres, ce massif compte 15 ou 20 cimes dépassant 3000 mètres : on peut citer, après l’Aiguille de la Vanoise, l’Aiguille de la Grande-Motte, haute de 3,663 mètres ; la Sana (3,450 mètres), la Pointe de Vallonet (3,566 mètres) et le Grand Roc Noir (3,537 mètres), au nord de Lanslebourg et de la vallée de l’Arc. A la Vanoise, dont il est séparé, au sud, par le col de la Vanoise (2,527 mètres), se rattache le Grand-Pelvoz, ou Dôme de Chasseforêt, qui a des cimes de 3,000 à 3,619 mètres, telles que le Pelvoz, Chasse-Forêt, la Dent Parrachée, la Pointe de Gébroulaz, la Roche-Chevrière, le Péclet, le Bouchet, le Rosoire, Château-Bourreau : cet autre massif (qui domine au nord Modane, au nord-est Saint-Michel en Maurienne) porte les plus beaux glaciers du département de la Savoie.

On peut considérer comme faisant partie de la Vanoise, au nord, le Mont-Pourri, l’une des plus belles montagnes des Alpes françaises. Le Mont-Pourri (3,788 mètres d’altitude), inférieur de 75 mètres seulement à l’Aiguille de la Vanoise, est une cime pyramidale composée de gneiss et de schistes cristallins qui se dressent à l’ouest de la vallée supérieure de l’Isère.

Ainsi les sommets les plus élevés de la Savoie se trouvent sur une ligne de faîte secondaire entre l’Isère et l’Arc, et non pas sur la grande arête de partage des eaux entre le Rhône et le Pô, arête qui est en même temps la limite de la France et de l’Italie. Cette arête « internationale », d’ailleurs fort élevée, compte un grand nombre de pics de 3,000 à 3,500 mètres et plus d’altitude ; elle s’arrondit en cercle autour de la Tarentaise ou vallée de l’Isère ; puis de la Maurienne ou vallée de l’Arc ; elle sépare d’abord les bassins de l’Isère et de l’Arc de ceux de la Doire Baltée, de l’Orco, de la Doire Ripaire, tributaires de gauche du Pô. Au mont Thabor (3,212 mè-