Page:Joanne-Géographie du territoire de Belfort,1882.djvu/9

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
8
BELFORT.

dont la forteresse se voit distinctement par les temps clairs, et que signalent les eaux miroitantes des étangs situés dans le voisinage de cette ville. Enfin, en se tournant vers l’ouest et le nord-ouest, on a devant soi la vallée de Presle et le Ballon de Servance (Haute-Saône), chargé de forêts de sapins. Au delà de ces premiers plans, on découvre, dans le lointain à l’est, la vallée du Rhin entre Mulhouse et Bâle, et les gradins méridionaux de la Forêt-Noire ; au sud-est, lorsque le temps est clair, les sommets découpés des Alpes bernoises, et même les glaciers resplendissants du Mont-Blanc. Parmi les cimes alpestres les plus distinctes, nous signalerons, en suivant la ligne de l’horizon, de gauche à droite le Wetterhorn, le Schreckhorn, l’Eiger, la Jungfrau, le Blumlisalp, etc. Enfin, si l’on se tourne de nouveau vers le sud et l’ouest, les lignes bleues et sinueuses du Jura, presque toujours visibles, encadrent au loin le ciel.

Du Ballon d’Alsace, les Vosges envoient au sud-est et au sud-ouest deux importantes ramifications, entre lesquelles s’ouvre la belle vallée de la Savoureuse ou de Giromagny et qui offrent une série de ballons couronnés de petits plateaux fertiles. Le massif occidental, le moins considérable mais le plus élevé, sépare la vallée de Giromagny de celle du Rahin (Haute-Saône). Il offre successivement, à partir du Ballon d’Alsace, des altitudes de 1,120 mètres, de 1,001 mètres (Ballon de Saint-Antoine), de 1,091, de 1,150 (Planche des Belles-Filles) et de 815 mètres au mont Saint-Jean, qui domine Auxelles-Haut ; au sud de cette montagne, le territoire s’abaisse subitement de 300 à 400 mètres ; ce ne sont plus les Vosges.

Le massif montagneux qui se dresse à l’est de la vallée de Giromagny a 10 kilomètres environ à vol d’oiseau dans sa plus grande largeur ; il sépare la vallée de Giromagny de celle de Massevaux (Alsace). C’est dans ce massif que naissent les rivières de la Madeleine, de Saint-Nicolas et de Riervescemont. La ligne de faîte du massif offre, du nord-ouest au sud-est, des altitudes de 1,142, 1,091 (signal des Plaines),