Page:Jodelle - Les Œuvres et Meslanges poétiques, t. 1, éd. Marty-Laveaux, 1868.djvu/164

La bibliothèque libre.
Cette page n’a pas encore été corrigée

CLEOPATRE.

Non, non, mourons, mourons, arrachons la victoire,
Encore que soyons par Cesar surmontees.

ERAS.

Pourrions nous bien estre en triomphe portees ?

CLEOPATRE.

Que plus tost ceste terre au fond de ses entrailles
M’engloutisse à present ; que toutes les tenailles
De ces bourrelles Soeurs, horreur de l’onde basse,
M’arrachent les boyaux ; que la teste on me casse
D’un foudre inusité, ainsi que je me conseille,
Et que la peur de mort entre dans mon oreille !

CHŒUR DE FEMMES ALEXANDRINES.

Quand l’Aurore vermeille

Se voit au lict laisser
Son Titon qui sommeille,
Et l’ami caresser :
On voit à l’heure mesme
Ce pays coloré,
Sous le flambeau supréme
Du Dieu au char doré :
Et semble que la face
De ce Dieu variant,
De ceste ville face
L’honneur de l’Orient,
Et qu’il se mire en elle
Plus tost qu’en autre part,
La prisant comme celle
Dont plus d’honneur depart,