Page:Jodelle - Les Œuvres et Meslanges poétiques, t. 1, éd. Marty-Laveaux, 1868.djvu/199

La bibliothèque libre.
Cette page n’a pas encore été corrigée

Triste elle s’en va voir des sepulchres le clos,
Où la mort a caché de son ami les os.

LE CHŒUR.
Que sejournons nous donc ? Suivons nostre maistresse.

ERAS.
Suivre vous ne pouvez, sans suivre la destresse.

LE CHŒUR.
Le gresle petillante
Dessus les toits

Et qui mesme est nuisante
Au verd des bois,

Contre les vins forcene
En sa fureur,

Et trompe aussi la peine
Du laboureur :

N’estant alors contente
De son effort,

Ne met toute l’attente
Des fruits à mort.

Quand la douleur nous jette
Ce qui nous poind,

Pour un seul sa sagette
Ne blesse point.

Si nostre Roine pleure,
Lequel de nous

Ne pleure point à l’heure ?
Pas un de tous.

Mille traits nous affolent,
Et seul