Page:Joseph Anglade - Grammaire élémentaire de l'ancien français.djvu/125

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


choatifs[1] ; ce sont ceux dont le radical est allongé par l’infixé -iss aux temps suivants : indicatif présent et imparfait, subjonctif présent, impératif, participe présent. Ex : nous fin-iss-ons, je fin-iss-ais, fin-iss-ant.

Formes avec suffixe inchoatif

Indicatif présent

Je fen-is (< finisco) n. fen-iss-ons
tu fen-is (< finiscis) v. fen-iss-ez
il fen-ist (< finiscit) il fen-iss-ent

Il n’y a rien à remarquer sur ces formes, sinon que s, à la 3e p. sg., disparaît de bonne heure devant t. Au pluriel les terminaisons sont les mêmes que celles de la 1ere conjugaison.

Imparfait

Je fen-iss-eie, oie n. fenissiiens
tu fenisseies, oies v. fenissiiez
il fenisseiet, oiet, oit il fenisseient, oient

Mêmes observations que pour l’imparfait en -eie de la 1ere conjugaison; cf. supra; au pluriel i-iens, i-iez sont dissyllabiques à l’origine.

  1. Ces verbes sont dits inchoatifs, du latin inchoativus signifiant qui commence, parce que l’infixé isc- servait à former on latin des verbes indiquant le commencement d’une action : ex. gemo, je gémis; ingemisco, je commence à gémir.