Page:Joseph Reinach - Histoire de l’Affaire Dreyfus, Eugène Fasquelle, 1903, Tome 3.djvu/547

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


aucun bon Français ne doit s’approvisionner chez les coreligionnaires du traître ; les devantures des magasins, les murs se couvrent de millions de petites étiquettes avec ces mots : « N’achetez rien aux juifs ! » — En Algérie, la persécution s’étend aux ouvriers, aux enfants. Les patrons qui emploient des juifs ou des juives, sont sommés de les congédier. Les bureaux de bienfaisance excluent de leur distribution les indigents qui n’appartiennent pas à la race aryenne[1]. Les petits sémites, avec leur avidité ordinaire de s’instruire, abondaient dans les écoles : la municipalité de Constantine décida de purger les classes de cette « vermine[2] ».

Pour exciter encore les passions, les journaux ressuscitaient la vieille légende du meurtre rituel, racontaient des rapts mystérieux d’enfants ; les juifs, « qui avaient déjà envoyé 80.000 francs au Syndicat », apprêtaient un « grand sacrifice religieux pour la fête de Pourim[3] ».

Il n’est pas douteux que l’antisémitisme a commis des excès plus nombreux et plus graves en d’autres pays ; mais il parut plus « contre nature » dans celui de Mirabeau[4] et plus redoutable, puisqu’il n’était, dans la

  1. Discours de Rouanet : « Voilà la barbarie qui s’est établie là-bas ! »
  2. Compte rendu du conseil municipal de Constantine, dans le Républicain, sous ce titre : « À propos de l’invasion de nos écoles par la vermine juive. » La proposition fut faite par un conseiller du nom de Grasset, appuyée par le maire, l’adjoint, un professeur de philosophie et le député Morinaud. — Au lycée d’Alger, le fils du Gouverneur général, Lépine, fut rais en quarantaine par ses camarades, injurié et frappé dans la rue, parce que son père avait pris une attitude résolue contre les émeutiers antijuifs. (Figaro du 8 avril 1898.)
  3. Dépêche du 18, Libre Parole du 19 février.
  4. C’est ce que dit Tolstoï dans une conversation avec un rédacteur du Central News : « L’antisémitisme et le chauvinisme sont plus qu’affreux ; ce sont des passions sauvages, indignes