Page:Joseph Reinach - Histoire de l’Affaire Dreyfus, La Revue Blanche, 1901, Tome 1.djvu/463

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
Book important2.svg Les corrections sont expliquées en page de discussion


laboration des deux attachés ; et la fausse traduction de la dépêche de Panizzardi : « Dreyfus arrêté, émissaire prévenu, précautions prises[1]. » Florentin est mort avant d’avoir pu être interrogé. Les quatre autres juges, Patron, Roche, Gallet, Echemann, n’ont été questionnés, en septembre 1899, que par Mercier, qui leur écrivit ou leur envoya des émissaires[2]. Patron « certifie que la dépêche de l’attaché militaire italien n’a pas été communiquée[3] ». Roche « se souvient très nettement d’avoir vu la pièce Canaille de D… accompagnée de deux, trois ou quatre autres » ; pour la dépêche, il ne peut « affirmer ni l’avoir vue ni ne pas l’avoir vue[4] ». Echemann et Gallet ne s’en souviennent pas davantage, « mais ne pourraient pas l’affirmer, sous la foi du serment[5] » ; leur attention s’est portée presque

  1. Rennes, II, 399 et 400, Freystætter : « J’affirme qu’il y avait Dreyfus arrêté, émissaire prévenu. Il y avait encore autre chose que je n’affirme pas ; je crois qu’il y avait : Précautions prises ». — Il y avait, probablement, ces deux mots. Quand la Cour de cassation demanda à Mercier quel était le premier texte qui lui fut présenté, il répondit : « Dreyfus arrêté, précautions prises, prévenu émissaire. » (Cass., I, 545.) Un conseiller lui fait observer : « Il ne semble pas que le texte communiqué par les Affaires étrangères ait compris ces mots : précautions prises… » Mercier maintient son dire (546). — De même, Boisdeffre (Cass., I, 557), et Gonse (Cass., I, 561).
  2. Mercier dépose à Rennes, le 7 septembre 1899, qu’il a envoyé recueillir les dépositions de Gallet et d’Echemann par deux officiers, celle de Gallet par le commandant De Mitry, et celle d’Echemann par d’Aboville. (Rennes, II, 534.) De quel droit Mercier, officier en retraite, envoyait-il « recueillir » ces dépositions « par deux officiers » ? Quel fut le message ? Quelles furent exactement les réponses d’Echemann et de Gallet, qui ne sont connues que par le résumé de Mercier ? « Les réponses se résument ainsi… »
  3. Lettre à Mercier, versée au dossier de Rennes, (III, 535).
  4. Lettre à Mercier, Rennes, III, 534. — Deux, trois ou quatre pièces, plus la pièce Canaille de D…, cela fait trois, quatre ou cinq pièces.
  5. Rennes, III, 534, Mercier.