Page:Joseph Rosny - Firmin ou le Jouet de la fortune, 1798, I.djvu/63

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


Dallainval est notre ami ; son intention était de nous servir, au moment même il m’en faisait le serment… Il nous offrait ses services et son amitié ; que de reproches n’avez-vous pas à vous faire ? vous alliez immoler à votre jalousie, le mortel généreux qui sacrifiait son amour à notre propre bonheur !….

À ces mots l’arme me tomba des mains ; je rougis de ma faiblesse, et je n’eus que la force de demander excuse à Dallainval de mon coupable emportement : oui, Monsieur, me dit-il, les dehors qui ont donné lieu à votre méprise, n’étaient au contraire que des témoignages d’estime et