Page:Joseph Rosny - Firmin ou le Jouet de la fortune, 1798, I.djvu/90

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


de son affreuse autorité. Cet homme abominable était lié avec un garçon cordier qu’il avait appellé auprès de lui pour le seconder dans ses travaux, et plus encore pour être témoin de sa puissance. Ce dernier, moins méchant, et par conséquent moins dangereux que son maître, s’appellait Simon, surnommé Caton d’Utique : Simon, voulant comme les autres se décorer d’un nom pompeux, avait d’abord choisi celui d’Auguste ; mais on était parvenu, quoiqu’avec beaucoup de peine, à lui faire entendre qu’Auguste n’était point du tout un nom républicain, mais, bien au contraire, celui du fondateur de la monarchie ro-