Page:Joubin - Histoire de la Faculté des Sciences de Rennes.djvu/138

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
— 99 —

programmes de renseignement des Facultés des Sciences vint, bien avant que le bâtiment ne fût terminé, en modifier l’organisation primitivement prévue. Il avait été décidé que les étudiants en médecine, avant de commencer leurs études médicales proprement dites, passeraient un an dans les Facultés des Sciences pour y acquérir un diplôme remplaçant à la fois l’ancien baccalauréat restreint et la première année de Médecine, telle qu’elle existait alors.

Dès l’ouverture de cet enseignement, en novembre 1894, il fallut organiser des cours et travaux pratiques pour une quarantaine de nouveaux étudiants. Pour la Physique et la Chimie, on pouvait se servir des locaux récemment installés ; mais pour les Sciences naturelles on dut aménager, plutôt mal que bien, les pièces du rez-de-chaussée qui depuis sont devenues le cabinet du Doyen, les archives et la salle du Conseil de la Faculté.

Pendant les vacances de 1894, un moteur à gaz de seize chevaux, une belle dynamo et une batterie considérable d’accumulateurs fut installée dans une construction légère dans la cour de la Physique, sous la direction du professeur Gripon et de M. Vèzes, maître de conférences. C’est à la même époque que le service de la Géologie put commencer à s’installer dans la partie Est de la Faculté ; quelques meubles furent construits et le professeur put enfin quitter le local absolument rudimentaire qu’il occupait à l’ancien Palais Universitaire.

Une autre modification importante eut lieu à cette époque. On avait réservé une grande salle, avec entrée particulière par le portail de la rue Kléber, pour en faire en quelque sorte la galerie des fêtes de l’Université. Il fallut la transformer en une simple salle de cours, car l’unique amphithéâtre réservé à la Physique et à la Chimie devenait complètement insuffisant.