Page:Jouffret - De Hugo à Mistral, 1902.djvu/119

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


nous ayons à examiner, dégagée de toutes les questions annexes, est en somme celle-ci : Est-il bon, est-il désirable que tous les habitants d’un même pays parlent la même langue, et même ne parlent que cette langue ?

À cette question, franchement et nettement posée, je crois qu’on ne peut faire qu’une réponse. Non que l’unité de langue soit absolument indispensable à l’unité de la patrie; je l’ai dit au début de cette conférence, et je le maintiens ici: l’idée de patrie doit être puisée à une source plus élevée qu’à la source linguistique ; elle dérive surtout de l’union des cœurs et des volontés. Mais si l’unité de langue n’est pas le tout de l’unité nationale, elle en est pourtant une condition très importante. Il faut donc souhaiter que tous les Français parlent français. Mais le jour où le Provençal sera oublié en Provence, et ce jour, encore très éloigné, doit pourtant fatalement arriver, le jour où la langue d’oc ne sera plus qu’une langue morte, étudiée avec soin par les linguistes, et peut-être alors enseignée dans les écoles, la gloire de Mistral, d’Aubanel et de Roumanille, définitivement incorporée à la gloire de la patrie française, n’aura à subir ni éclipse ni diminution. Leurs œuvres seront toujours lues, commentées et admirées par les lettrés et les savants. Est-que les grands poètes de l’antiquité sont moins lus ou moins admirés parce que le grec et le latin ne sont plus que des langues mortes ?


__________