Page:Journal (Lenéru, 1945).pdf/38

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée
38
JOURNAL DE MARIE LENÉRU

St-Esprit nous fait voir qu’il faut faire ; donc je veux m’habituer à faire tout le bien possible, pour que quand je serai confirmée, je ne puisse pas résister au St-Esprit.

Les péchés dont j’ai à me corriger sont : le mensonge, car quoique je trouve que je mente beaucoup moins, je déguise souvent la vérité, par exemple pour donner plus d’intérêt à une histoire que je raconte ; puis, je ne suis pas toujours gentille pour mes amies et pour Henriette, mais en particulier pour Mathilde qui m’agace. Il y a des moments où j’ai envie de la claquer. Ainsi, avant-hier, nous jouions à la corde ; je disais de la faire grande à cause de mon chapeau, et la voilà qui s’amuse adonner des coups de poing dessus. Je ne fais pas non plus assez attention aux observations que maman me fait et c’est pourtant une des choses qui devraient m’aider à me corriger. Puis, je trouve que je m’occupe de l’effet que je peux produire, et je trouve que c’est peut-être mon plus gros péché, car il peut vous faire poser et il n’y a rien dont j’ai plus horreur que ça. Je devrais plutôt m’attacher à plaire au bon Dieu.

J’ai encore un autre défaut ; c’est que je ne fais pas assez attention dans mes prières, et quand je suis à l’église. Voilà donc beaucoup de péchés, et pourtant, je ne suis pas encore bien vieille ; il faut absolument que je me corrige, car dans un sermon de la retraite, on nous a dit que, plus l’on allait, plus les péchés s’aggravaient. Mais ce qui est encore bien pis, c’est que quand je vais me confesser, je ne regrette pas assez tous ces péchés-là ; aussi pour que j’aie la contrition parfaite dans la confession qui précédera ma Confirmation, je dirai tous les jours, matin et soir, une dizaine de chapelet.

Maintenant que j’ai vu tous mes défauts, il faut que je voie les vertus qui leur sont opposées pour que je les pratique, car, comme on nous l’a dit aussi pendant la retraite, il n’y a pas seulement des péchés d’action, mais il y a aussi les péchés d’omission. Désormais, je pratiquerai donc toutes les vertus que je pourrai, mais particulièrement la franchise, la charité, l’obéissance, la piété et la simplicité, et je viendrai tous les jours à mon journal dire le résultat de mes bonnes résolutions.