Page:Journal (Lenéru, 1945).pdf/51

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
51
ANNÉE 1887

accompagné d’un soldat, comme lui tiré à quatre épingles ; ils ont tout le temps causé armée et politique ; ce qui m’a fait le bien juger, c’est qu’à Rosporden ils ont jeté de l’argent à un joueur de cornemuse. Ils sont descendus à Quimperlé. Maintenant, assez parlé des compagnons de voyage. Parlons un peu de nous et de nos impressions. En quittant Brest, j’avais emporté un jeu de taquin auquel j’ai joué, mais sans réussir. Il ne faut pas oublier non plus de dire que j’avais un voile et que j’en étais très fière. La route a été délicieuse ; d’abord, la magnifique vue qu’on a sur la rade et ensuite l’intérieur des terres, les propriétés, etc., etc. Mais ce qui m’a le plus frappée, ce sont les environs de Chateaulin ; c’est quelque chose de charmant, ces petits coteaux tout verdoyants et cette jolie vallée où passe la rivière toute bordée de peupliers. L’horizon était excessivement pur, ce que j’ai fait observer à maman qui m’a raconté que M. Delorme lui avait dit qu’aux environs de je ne me rappelle plus quelle ville près de Nancy, l’horizon est tellement clair que l’on voit d’un côté le soleil se jouer sur les vitraux de la cathédrale de Metz qui est à 15 lieues.

Enfin, nous sommes arrivées à Lorient ; Mme Lejeune, Mme Michaud, Charles, Hélène et Jeanne nous y attendaient. La famille Michaud nous a laissées pour rentrer à Lorient et nous nous sommes rendues à Brutul. On déplore aussi la sécheresse : rien ne peut pousser. Comme j’ai la main fatiguée, je m’arrête, mais je continuerai demain.


Dimanche 25 septembre.

Comme je fais mon journal avec peu de régularité, je devrais en être toute honteuse ; je ne le suis pourtant pas ; je ne prends pas mon journal assez au sérieux, cependant, j’y mets bien tout ce que je fais et tout ce que je pense, mais le rôle que j’ai à jouer dans la vie est si secondaire que je ne fais rien de bien important… C’est mal, ce que je dis, car c’est me plaindre de la vie que je mène, qui pourtant est une des plus heureuses que je connaisse et il ne tient qu’à moi de la rendre plus importante.