Page:Journal de l’agriculture, juin 1766, T5, P3.djvu/19

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


tier sur le revenu des terres immédiatement ; car toute autre forme d’imposition seroit contre l’ordre naturel parce qu’elle seroit préjudiciable à la réproduction & à l’impôt, & que l’impôt retomberoit sur l’impôt même. Tout est assujetti ici bas aux loix de la nature : les hommes sont doués de l’intelligence nécessaire pour les connoître & les observer ; mais la multiplicité des objets exige de grandes combinaisons qui forment le fond d’une science évidente fort étendue, dont l’étude est indispensable pour éviter les méprises dans la pratique.

Des cinq milliards de réproduction totale, les propriétaires du revenu & la classe stérile en ont acheté pour trois milliards pour leur consommation : ainsi il reste encore à la classe productive pour deux milliards de productions ; cette classe a en outre pour un milliard d’ouvrages qu’elle a acheté à la classe stérile, ce qui lui fait un fonds annuel de trois milliards qui sont consommés par les divers agens occupés aux différens travaux de cette classe qui sont payés par