Page:Julien - Histoire de la vie de Hiouen-Thsang et de ses voyages dans l’Inde.djvu/322

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée
222
VIE ET VOYAGES DE HIOUEN-THSANG.

dans un style fougueux et plein de fiel. Ils poussent l’audace jusqu’à vouloir discuter avec vous tous. Je sais que dans votre couvent, il y a une multitude de religieux qui se distinguent autant par leur vertu éminente que par leur talent et leur intelligence, et dont l’instruction profonde embrasse toutes les branches de la science. Leur ayant promis de favoriser ces conférences, je vous prie respectueusement de répondre à leur demande. Veuillez envoyer auprès d’eux, dans le royaume de Ou-tch’a (Orissa), quatre religieux versés dans leur propre doctrine (celle du grand Véhicule) et dans celle des autres (celle du petit Véhicule), ainsi que dans la doctrine ésotérique et exotérique. »

Dès que Kiaï-hien (Çilabhadra) eut reçu cette lettre, il rassembla les religieux et choisit, après un mûr examen, llaî-hoei (Sdgaramati ?)y Tchi-kouang (Djndnapror bha ?), Sse-tseU’kouang (Sinharasmi) et le Maître de la loi, et se disposa à les envoyer tous quatre en qualité de délégués pour répondre à l’appel du roi.

Haï-hoeï (Sâgaramati ?) et ses deux collègues éprouvèrent une vive inquiétude ; mais Çilabhadra se hâta de les rassurer. « Pour ce qui regarde les diverses écoles du petit Véhicule, leur dit-il, lorsque Hiouen-thsang, maître de la science des Trois Recueils, se trouvait dans mon pays natal, puis lorsqu’il fut entré dans le royaume de Kachmire, il les a toutes étudiées et en a approfondi les principes. Si les partisans de cette doctrine prétendaient s’en servir pour renverser le grand Véhicule, ils n’y réussiraient jamais. Bien que Hiouen-thsang n’ait qu’une