Page:Julien l’apostat - Défense du paganisme par l’empereur Julien, en grec et en françois, 1769, tome 2.djvu/5

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Ce Jésus que vous prèchez, O Galiléens ! fut un sujet de César. Si vous refusez d’en convenir, je vous le prouverai bientôt, & même dès à présent. Ne dites-vous pas qu’il fut compris avec son Pere & sa Mere, dans le dénombrement sous Cyrenius ? Dites-moi, quel bien a-t-il fait après sa naissance, à ses concitoyens ; & quelle utilité ils en ont retirée ? ils n’ont pas voulu croire en lui, & ont refusé de lui obéir. Mais comment est-il arrivé que ce peuple, dont le cœur & l’esprit avoient la dureté de la pierre, ait obéi

à Moï-

    prédit dans le monde entier. Il n’a pas resté pierre sur pierre dans Jérusalem & dans le Temple, ainsi que Jésus-Christ le leur avoit annoncé.

A 2