Page:Julien l’apostat - Défense du paganisme par l’empereur Julien, en grec et en françois, 1769, tome 2.djvu/7

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
5
DE L’EMPEREUR JULIEN.

à Moïse, & qu’il ait méprisé Jésus qui, selon vos discours, commandoit aux Esprits, marchoit sur la mer, chassoit les démons, & qui même, s’il faut vous en croire, avoit fait le ciel & la terre ? Il est vrai qu’aucun de ses Disciples n’a jamais osé dire rien qui concerne ce dernier article; si ce n’est Jean, qui s’est même expliqué là dessus d’une maniere très obscure & très énigmatique : mais enfin convenons, qu’il a dit clairement que Jésus avoit fait le ciel & la terre. Avec tant de puissance, comment n’a- t-il pu faire ce que Moïse avoit exécuté & par quelle raison n’a-t il pas opéré le salut de sa patrie, [1] &

chant-
  1. Opéré le salut de sa patrie &c. Non seulement Jésus Christ a opéré le salut de la Judée, mais celui du monde entier, où sa Loi divine, & sa parole sacrée ont été portées par ses Apôtres & leurs successeurs. L’idolatrie a été détruite: la pureté d’une Religion sainte a succédé à l’impureté d’un culte extravagant : le Dieu Créateur de l’Univers a été adoré à la place des Idoles, des monstres, des végétaux; & la véritable philosophie, qui est l’étude de la Sagesse, a pris la place d’une vaine spéculation, qui n’avoit aucun rapport avec la vertu, & qui conduisoit ordinairement aux plus grandes erreurs. Un Ecrivain Ecclesiastique a remarqué avec beaucoup de fondement, que la philosophie païenne aveugla Julien, & qu’il commença à mépriser les Chrétiens, dès qu’il voulut ne plus consulter que la raison, sans avoir égard à la soumission que demande la foi. Julianum Apos-
A 3