Page:Kant - Anthropologie.djvu/85

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


74 de l'intelligence.

faculté de sentir, il ne faut pas commencer par les sensations fortes (car elles nous rendent insensibles à celles qui suivent). Il faut au contraire se les interdire tout d'abord, ou du moins n'en user qu'avec parcimonie, si l'on veut s'élever indéfiniment. L'orateur sacré commence, dans l'exorde,par s'adresser froidement à l'intelligence, en appelant l'attention sur une notion de devoir; il sait donner ensuite un intérêt moral au développement de son texte, et termine en faisant jouer tous les ressorts de l'âme humaine, afin d'exciter les sentiments capables d'inspirer cet intérêt. Jeune homme, sois sobre dans l'usage des plaisirs, si ce n'est dans le dessein stoïque de t'en sevrer entièrement , tout au moins dans le but épicurien d'avoir en perspective des jouissances de plus en plus grandes. Cet usage parcimonieux du sentiment vital te rend réellement plus riche par l'ajournement des jouissances, alors encore que tu devrais renoncer presque entièrement aux plaisirs jusqu'à la fin de ta vie. La conscience d'avoir une jouissance en son pouvoir est, comme tout ce qui est idéal, plus féconde et plus étendue qu'aucune des choses qui gratifient la sensibilité r par le fait que la jouissance emporte la consommation de ce dont on jouit, et fait disparaître l'ensemble de nos ressources.