Page:Kempis - De l’Imitation de Jésus-Christ, traduction Brignon, Bruyset, 1718.djvu/113

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Vous ne devenez ni meilleur pour être loüé, ni plus méchant pour être blâmé.

Vous demeurez tel que vous êtes, & ne pouvez être plus grand que vous l’êtes devant Dieu.

Si vous venez à examiner l’état de vôtre interieur, vous mépriserez tout ce que le monde peut dire de vous.

L’homme voit le visage : mais Dieu voit le cœur[1]. L’homme juge des œuvres : mais Dieu juge des plus secrettes intentions.

C’est le propre d’une ame humble de faire beaucoup de bien, & de se le cacher à soi-même.

On connoît qu’un homme est libre de toute affection terrestre, & qu’il attend tout du Ciel, lorsqu’il ne cherche à se consoler, & à se réjouir dans aucune creature.

Celui qui ne va point mandier les loüanges & l’approbation des hommes, montre bien que la seule régle est le jugement de Dieu.

Car on n’est pas irreprehensible, dit saint Paul, parce qu’on se vante de l’être, mais parce que Dieu témoigne qu’on l’est en effet[2].

L’occupation essentielle d’un homme interieur, est de marcher en la presence de Dieu, sans jamais avoir d’attache à rien d’exterieur.

  1. 1 Reg. 16. 7.
  2. 2. Corinth. 10. 18.