Page:Kempis - De l’Imitation de Jésus-Christ, traduction Brignon, Bruyset, 1718.djvu/184

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

puisse tirer aucun fruit, & qu’au contraire ce soit un obstacle à mon salut, ôtez-m’en toute l’envie.

Car tout desir ne vient pas du Saint-Esprit, quoi qu’on s’imagine qu’il n’y a rien de plus juste.

Dans toutes les choses que vous souhaitez avec ardeur, vous ne sçauriez dire certainement, si ce qui vous les fait desirer est le bon Esprit, ou le mauvais, ou si vous vous y portez de vous-même, & par votre propre esprit.

Plusieurs qui sembloient d’abord être conduits par l’Esprit de Dieu, ont été trompez à la fin.

Il ne faut donc rien desirer ni rien demander qu’avec une grande retenuë, avec une vraye humilité, & sur tout avec une entiere soûmission. Quelque souhaitable que la chose vous paroisse, vous devez tout abandonner à ma Providence : & me dire : Vous sçavez, Seigneur, ce qui est le plus à propos ; que ceci, ou cela, se fasse de la maniere que vous le voulez !

Donnez-moi ce qu’il vous plaira, donnez-le moi quand il vous plaira, & mesurez-le moi comme il vous plaira.

Conduisez-moi de la maniere que vous sçavez être la meilleure, pour vôtre plus grande gloire.

Mettez-vous où vous voudrez ; &