Page:Kempis - De l’Imitation de Jésus-Christ, traduction Brignon, Bruyset, 1718.djvu/244

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Ayez ainsi au dedans de vous un tabernacle invisible, où vous puissiez implorer dans le besoin, le secours du Ciel.

Autrement, il est à craindre qu’il ne vous arrive quelque chose de pareil à ce qui arriva à Josué, & aux enfans d’Israël, qui, comme dit l’Ecriture, ayant oublié de consulter le Seigneur[1], furent trompez par les Gabaonites, dont ils eurent compassion sur de fausses apparences de misere & de pauvreté.


CHAPITRE XXXIX.
Qu’on ne doit point s’inquiéter des choses presentes.
Le Maistre.

MOn fils, mettez-moi vos interêts entre les mains, j’en aurai soin, & je pourvoirai à tout dans le tems.

Laissez-moi faire, & vous vous en trouverez bien.

Le Disciple.

Ah, Seigneur, je me repose de toutes choses sur vous : car quel fruit puis-je esperer de mes soins ?

O que n’ai-je assez de force sur moi, pour ne me point inquietter de l’avenir ; pour être prêt, & pour m’offrir même courageusement à tout ce qu’il vous plaira ordonner de moi !

Le Maistre.

Mon fils, il arrive assez souvent

  1. Jos. 9. 24.