Page:Kerigant - Les Chouans - Épisodes des guerres de l’Ouest dans les Côtes-du-Nord, 1882.djvu/47

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


III


Division dans le commandement. — Essai d’organisation par Le Gris du Val. — Surprise et massacre à Boscenit, 1796. — Conduite des Chouans et des Républicains. — Pacification. — Le Gris du Val se retire à Boscenit. — On tente de l’assassiner. — Il est arrêté avec tous ses parents, 1797.

Après la mort de Boishardy, les rivalités pour le commandement recommencèrent ; elles ne tardèrent pas à exercer une influence funeste sur les suites de la guerre : il fallut renoncer à l’espoir de réunir sous les ordres d’un seul chef les forces éparses ; on se divisa de nouveau ; quelques ambitieux voulurent profiter de cette confusion pour s’emparer de l’autorité supérieure.

Ces compétitions déplorables donnèrent lieu à la lettre, souvent reproduite, de M. Le Veneur de La Roche, chef nommé dans les Côtes-du-Nord par le Roi, à M. de La Vieuville, qui, cependant, y était étranger. En l’absence de documents authentiques, cette lettre, tombée entre les mains des républicains, a fait porter aux historiens révolutionnaires des jugements exagérés[1].

Toutefois, les chefs de la Chouannerie étaient des hommes trop intelligents et trop fortement trempés

  1. Pièces justificatives, annexe I.