Page:Kerigant - Les Chouans - Épisodes des guerres de l’Ouest dans les Côtes-du-Nord, 1882.djvu/75

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


jours accompagner de plusieurs femmes ne les quittant jamais.

Marie Chantard et sa sœur Jeanne étaient au service de Mme Le Gris et furent, comme on le verra, condamnées à la déportation, afin, sans doute, d’intimider les autres ; or, cette rigueur n’intimida personne ; il n’y eut jamais de traîtres parmi elles.

Voici les conclusions du jugement :

« Après avoir entendu le commissaire du pouvoir exécutif en ses conclusions et y faisant droit, le conseil de guerre permanent condamne à l’unanimité le nommé Guillaume-François Le Gris du Val, ex-chef de division des rebelles, dits Chouans, dans le département des Côtes-du-Nord, et Dutertre, contumace, à la peine de mort. »

Après la répétition de la même formule :

« Le conseil condamne à l’unanimité à la déportation, jusqu’à la paix générale, les nommés Jacques Villemain, père, François Hidriot, dit Capel, Jean Le Coq, Jeanne Chantard, François Garnier-Kerigant, Marie Chantard et Louise Le Texier, femme Le Gris, conformément aux dispositions de la loi du 7 juin 1793, ainsi conçue, etc. »

« Le conseil de guerre, après avoir entendu le commissaire du pouvoir exécutif en ses conclusions et y faisant droit, le conseil de guerre permanent