Page:Kipling - Du cran.djvu/100

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



— Pour quoi faire ?

— Pour faire la cuisine.

— Qu’est-ce que vous savez, vous, à propos de cuisine ? »

Les petits yeux de Mr. Marsh s’ouvrirent tout grands.

— Rien, Monsieur.

— Qu’est-ce qui vous fait croire que moi je suis cuisinier ?

— À la façon dont vous regardiez notre fourneau », répondit le menteur William.

La Crevette l’avait toujours poussé à cultiver des habitudes d’observation. Elles semblaient faciles — après que vous aviez observé les choses.

« Soit ! Soit ! Tout à fait un jeune Sherlock, à ce que je vois. Je n’aime guère ceci cependant. »

Mr. Marsh commença par s’accroupir pour réarranger le foyer de plein air à son idée.

« Montrez-moi comment faire et je le ferai, dit William.

— Poussez-moi cette pierre un peu plus à gauche, alors. Comme ça, c’est bien ! Cela ira ! Vous avez du bois ? Non ? Sautez de l’autre côté