Page:Kipling - Du cran.djvu/99

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


ce que je peux vous montrer quelque chose, monsieur ?

— Non, merci bien. Mon fils était Scout autrefois. Je suis venu rien que pour jeter un coup d’œil autour de moi. Personne ne met la main à la cuisine aujourd’hui ?

— Non, monsieur.

— C’est aussi bien. Povres éfants ! Qu’est-ce que vous allez avoir pour dîner ? De la machine en conserve ?

— Je crois, monsieur.

— Vous aimez ça ?

— On y est fait. »

William faisait plutôt cas de ce rond personnage qui ne perdait pas le temps sur des idées abstraites.

« Povres éfants ! Soit ! Soit ! Cela épargne de l’ennui — pour le présent. Des nœuds et des épissures dans l’estomac plus tard — à l’hôital. »

Mr. Marsh regarda remplacement refroidi de la cuisine-de-camp et ses trois grosses pierres, et renifla.

« Voudriez-vous qu’on l’allume ? demanda tout à coup William.