Page:Kipling - Du cran.djvu/102

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


ordres à sa boutique de l’autre côté de la route.) « Et vous ferez bien de leur dire de mettre le tout dans un panier, » lui cria-t-il.

William revint avec un superbe assortiment de choses mêlées, y compris des œufs, deux tranches de bacon [1], et un paquet de farine brevetée, concernant quoi Mr. Marsh dit des choses que nul boulanger ne devrait dire à propos de ses propres marchandises. La poêle à frire sortit de la charrette à bras, avec quelques autres reliquats, et ce ne fut qu’après l’avoir graissée que Mr. Marsh s’enquit du nom de William. Il lui fut donné tout au long, et produisit d’étranges effets sur le gros petit homme.

« Et comment épelez-vous votre nom intermédiaire ? demanda-t-il.

— G-l-a-double-s-e, répondit William.

— Pourrait se faire que ce soit celui de votre mère ? (William fit oui de la tête.) Soit ! Soit ! Je me demande maintenant ! Oui, je me demande. C’est un grand nom. Il y avait un Sawyer dans la cuisine jadis, mais c’était un Français et cela

  1. Lard fumé, spécial pour accommoder les œufs.