Page:Kipling - Du cran.djvu/103

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


s’épelait différent. Glasse est sérieux cependant. Et vous dites que c’était celui de votre maman ? »

Il s’absorba un instant, poêle à frire en main. Tout à coup, comme il cassait miraculeusement un œuf sur son tranchant :

« Que vous en descendiez ou non, cela vaut la peine de régler sa vie dessus, un nom comme celui-là.

— Pourquoi ? demanda William, tandis que l’œuf glissait dans la poêle et s’étalait aussi également que de la peinture sous la main d’un connaisseur.

— Je vous raconterai cela un de ces jours. C’était une très grande cuisinière — mais elle serait revenue à un peu cher aux prix du jour. Maintenant, prenez la poêle et je vais tirer mes conclusions. »

Le jeune garçon fit manœuvrer la poêle au-dessus du feu rouge bien égal, d’un geste qu’il avait appris de façon ou d’autre en faisant « monter par ébullition » des choses pour son oncle. Cela lui semblait naturel et facile. Mr. Marsh le regarda faire pendant au moins deux minutes d’un silence ininterrompu.

« C’est bien tôt pour dire — cependant, fut son