Page:Kipling - Du cran.djvu/133

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


— Puis il bourlingua de côté et d’autre dans l’obscurité jusqu’à ce qu’il bourlinguât sur un récif de corail, sans plus pouvoir tirer d’affaire l’appareil. Le corail, c’est pas de la vase, dites-moi ? »

La question était pour Jerry, mais l’insulte s’adressait à L’Éteignoir, qui dernièrement avait passé dix-huit heures sur un banc mou et tenace au large de la Côte Est. L’Éteignoir détacha un coup de pied à son hôte, de là où il était étendu au long du canapé.

« Alors, continua Duckett, ce brave Baxter s’activa autour de son sans fil et S O S’a[1] comme un diable jusqu’à ce que la marée se fît sentir et mît le « zinc » à flot hors du récif, et ils bourlinguèrent vers une autre île dans l’obscurité.

— Des milliers d’îles dans Toutes les Pelungas, murmura Jerry. Pareillement des récifs — des chevelus. Quid à propos des récifs ?

— Oh, ils continuèrent à faire tête sur des récifs dans l’obscurité, jusqu’à ce qu’il leur vînt

  1. Appel international par T. S. F. du navire en perdition, et qui se compose des premières lettres de trois mots de la Bible en anglais : Save Our Souls = « Sauvez Nos Âmes » répétées sans arrêt.