Page:Kipling - Du cran.djvu/144

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


— Mon ami ? J’espère que c’était lui. Un gentleman de première, dit Jerry

— Baxter ne l’a pas dit. N’importe comment, il se présenta et on les fit passer dans l’île capitale jusqu’à ce qu’on pût les renvoyer à leur bateau. Le Chef les traita très chiquement sous tous les rapports le temps qu’ils restèrent avec lui — Baxter est tout à fait enthousiaste là-dessus, même en écrivant à sa famille —, mais, cela va sans dire, il n’est rien comme le premier amour, n’est-ce pas ? Il dut leur en coûter de se séparer de leurs premières amours. C’est l’effet qu’à moi cela me fait toujours. Et on les affubla du grand uniforme de l’Armée Toutes les Pelungalienne. Comment est-ce, Jerry ? Vous l’avez ?

— C’est une croix entre un ara et un mandrill arc-en-ciel. D’un goût exquis.

— À peine commençaient-ils à s’y habituer, et venaient-ils d’apprendre au Chef et à sa cour à chanter Tiens, Tiens, qui donc est votre amie ? qu’on les embarqua sur un malpropre et vulgaire petit bâtiment à voiles pour les emmener sur l’océan et les rendre au Cormorang, qui, cela va sans dire, les avait portés manquants et