Page:Kipling - Du cran.djvu/143

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


per les chances de son observateur avec quelque dame.

— Alors c’était un imbécile, grogna l’Éteignoir. Cela aurait pu produire l’effet contraire. Cela le fait généralement.

— Ma foi, on ne saurait tout prévoir, dit Buckett. N’importe comment, Baxter ne se plaignit pas. Ils vécurent là des semaines et des semaines, à chanter de compagnie et se baigner et — oh, oui ! — à jouer. Baxter fabriqua aussi un jeu de dés. Il semble n’avoir rien négligé. Il disait que ce n’était que pour passer le temps, mais je me demande quelle était la nature de l’enjeu. Je voudrais bien le connaître, ce Baxter. Ses lettres à sa famille sont trop incolores. Quelle vie il a dû mener ! Les femmes, les dés et la musique, et votre solde faisant la pelote derrière vous sans avoir à en fiche un clou.

— Il y a une danse qui se danse par les nuits de clair de lune, dit Jerry, avec juste quelques feuilles de bananier — Faites pas attention. Allez toujours !

— Les plus belles Choses — ont — une — fin, dit Duckett d’un ton plaintif. Voilà tout à coup le Chef de Toutes les Pelungas qui s’amène.