Page:Kipling - Du cran.djvu/177

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Il se laissa glisser en bas et resta parti peut-être vingt secondes.

« Et voilà qui va bien, dit-il en revenant d’un pas de promenade.

— Quoi ? cria presque M Turk, car Corkran, dans le hangar au-dessous, brandissait une grande clef.

« Un stalk ! Stalk épatant ! Sous clef ! tous les quatre ! fut la réponse, et Beetle tomba sur le ventre. Ouée ! I’sont à c’t’heu’comme qui dirait, oui-da, sous clef. Si tu te prends à rire, Beetle, tu me forceras à te rallonger un coup de pied.

— Mais, il le faut ! »

Beetle noircissait d’accès de rire réprimé. « Tu ne riras pas ici, alors. »

Il jeta le malheureux Beetle déjà boiteux par la fenêtre du hangar. Cela le calma ; on ne saurait rire sur un lit d’orties. Puis Corkran foula sa carcasse étendue et Mc Turk suivit, juste comme Beetle allait se relever ; de sorte qu’il fut renversé, et que les orties lui peignirent sur la joue l’image d’une affreuse éruption.

« Cru que cela te guérirait », dit Corkran en reniflant.

Beetle se frotta le visage désespérément avec