Page:Kipling - Du cran.djvu/196

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


arrière. On était alors, il se peut, à un millier de milles de l’Île de France, par un demi-coup de vent et dans une mer farcie de requins.

Le Capitaine Castles, le patron, fit amener et approvisionner promptement les embarcations ; les fit passer par-dessus bord non sans difficulté, et y mit les femmes. Quelques-uns des matelots — les mécaniciens, les chauffeurs et un petit nombre d’autres se conduisirent bien — sautèrent dans la chaloupe, la mirent à la mer, et se tinrent le plus possible éloigné du navire. Ils le savaient renfermer deux soutes pleines de cartouches et ne tenaient pas à s’exposer.

Les troupes, d’autre part, sans faire d’histoires, débarrassèrent la soute de tribord ou de main droite, pendant que des volontaires essayaient de sauver le Drapeau du Régiment. Il se trouvait à l’extrémité du salon, probablement fixé contre la cloison où s’appuyait le fauteuil du capitaine, et le salon était rempli de fumée. Deux lieutenants s’y précipitèrent, qui faillirent être asphyxiés. Un quartier-maître du navire — Richard Richmond était son nom — s’appliqua un linge mouillé sur la face, trouva le moyen d’arracher le Drapeau, puis s’évanouit.