Page:Kipling - Du cran.djvu/249

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Nous restâmes là, à regarder en silence la margelle du puits.

Adam s’en vint le long du sentier du jardin vers nous.

« J’ai parlé à mon père, dit-il simplement. Imam Din, tu diras à ton Naïk que sa femme est renvoyée de mon service.

Huzour ! (Votre Hautesse !) dit Imam Din, en se courbant jusqu’à terre.

— Ce n’est pas sa faute.

— Protecteur du pauvre !

— Et aujourd’hui.

Khodawund ! (Fils du Ciel !)

— C’est un ordre. Va ! »

Encore le salut, et Imam Din se retira avec cette assiette du dos qu’il avait lorsqu’il venait de prendre un ordre de Strickland. Je pensai qu’il serait bon de m’en aller aussi, mais Strickland me fit signe de la verandah. Lorsque j’arrivai il était parfaitement pâle, et se balançait dans son rocking-chair.

« Savez-vous qu’il allait se jeter la tête la première dans le puits — parce que je viens de lui donner le fouet ? dit-il avec lassitude.

— J’aurais dû le savoir, répliquai-je. Il vient