Page:Kipling - Du cran.djvu/260

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


— C’est vrai, les eaux sentent mauvais, poursuivit Adam, Je les ai senties, mais je n’ai pas eu le perroquet même pour six annas. La femme de la maison m’a donné une offrande d’amour, que j’ai trouvée en jouant près de la verandah.

— Et en quoi consistait cette offrande, Père Adam ?

— Un anneau de nez pour mon ayah. Ohé ! Ohé ! Regardez ce chameau avec la muselière sur son nez à lui ! »

Une file de chameaux chargés s’en venait en croisant par le coin comme une flotte double un cap.

« Ho, Malik ! Pourquoi un chameau ne fait-il pas salaam comme un éléphant ? Son cou est assez long, cria Adam.

— L’Ange Jibrail a fait de lui un sot au commencement », dit le conducteur, tout en allant balancé au sommet de l’animal de tête.

Et le rire courut sur toute la ligne des hommes à barbe rouge.

« C’est vrai », dit Adam d’un ton solennel.

Et eux de rire de nouveau.

Enfin, tard dans l’après-midi, nous arrivâmes à Dalhousie, la plus charmante des stations de