Page:Kipling - Du cran.djvu/65

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


même ; et la Police du Port le laissa faire l’inspection de ses chaloupes, et les capitaines de remorqueurs avaient toujours une place pour lui à leurs tables, et les seconds des grands dragueurs à vapeur avaient coutume de lui montrer comment les machines fonctionnaient, et il était certains bateaux indigènes que Jim en pratique possédait ; et il étendait son patronage jusqu’au chemin de fer qui va à Port Diamant, à quarante milles en aval du fleuve. Au temps jadis presque tous les navires de la Compagnie des Indes avaient coutume d’opérer leur déchargement à Port Diamant, à cause des bancs de sable d’amont, mais aujourd’hui les navires remontent droit à Calcutta, et ils n’ont là que quelques « corps morts » pour les bâtiments en détresse, un service de télégraphie, et un capitaine de port, qui était un des plus intimes amis de Jim.

Il restait au Bureau l’oreille ouverte aux sondages des bancs de sable au fur et à mesure qu’on en rendait compte chaque jour, et attentif aux mouvements des steamers montants et descendants (un bateau entrait-il dans le fleuve ou en sortait-il sans qu’il le sût, que Jim éprouvait le sentiment de quelque perte irréparable),