Page:Kipling - Du cran.djvu/84

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


que l’oncle avait soit achetée soit terrorisée pour l’accepter ; et au bout de six mois Miss Doughty, confessant qu’elle ne pouvait rien en faire, se retira dans les landes du Yorkshire pour y tenir école. Il existe aussi un ex-louveteau rouquin de cette troupe-là (aujourd’hui dans un bureau maritime), lequel affirme qu’il avait l’habitude de mordre William Glasse Sawyer à la jambe dans l’espoir de le réveiller, et s’arroge presque tout l’honneur du présent succès de William. Mais lorsqu’il passa à la vie plus large des Pélicans, qui étaient de gais oiseaux, il n’était pas ce qu’on pourrait appeler dégourdi. De forme il ressemblait à l’as de carreau ; de couleur il était d’un blême oléagineux.

Il n’était capable de rien qui réclamât une lueur de raison, de pensée ou de sens commun. Il ne se nettoyait que contraint et forcé ; il se montrait désorienté à la ville comme à la campagne au bout de cinq minutes de promenade. Il ne pouvait suivre à la trace rien de plus petit qu’un tramway sur une voie droite, et cela seulement s’il n’y avait pas de trafic. Il ne pouvait ni planter un clou, ni porter un ordre, ni faire un nœud, ni faire du feu, ni prêter attention à