Page:Klein - Modorf-les-bains, 1888.djvu/58

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Mondorf renferme donc un arsenal complet de moyens énergiques pour combattre les maladies chroniques. L’eau minérale en boisson présente, comme nous avons vu, des applications aussi multiples qu’efficaces. Les bains offrent une variation de procédures qui permettent d’en obtenir tous les effets possibles et de les appliquer à tout âge, à toutes les constitutions, à tous les cas spéciaux. L’hydrothérapie ne présente pas un assortiment moins riche de pratiques pour obtenir les effets de l’eau froide. Enfin le gaz azote nous fournit un moyen de cure aussi rare que précieux. Si nous exceptons le diabète, les affections organiques du cœur, les tumeurs malignes, l’épilepsie et l’aliénation mentale, l’ulcère de l’estomac et certaines affections rénales, le plus grand nombre des maladies chroniques se trouve recueillir à Mondorf soit la guérison complète soit une modification très favorable de leur cours. Il est ainsi permis de citer plus particulièrement :

1. Les troubles de l’appareil digestif : Le catarrhe chronique de l’estomac et des intestins, la constipation habituelle, la pléthore abdominale, la congestion du foie, de la rate, les hémorrhoïdes ; de plus la pléthore aqueuse générale et certains cas d’obésité, où la débilité du patient défend l’emploi des cures affaiblissantes.
2. L’anémie en général, qu’elle soit engendrée par des pertes éprouvées par l’organisme, comme elle se montre après les couches difficiles, après les pertes de sang, et dans la convalescence du typhus et d’autres maladies graves ; ou qu’elle se produise par un défaut de nutrition, dans le cas de faiblesse native, de manque habituel d’appétit, de croissance rapide, de chlorose, etc. Des anémies plus graves accompagnent la leucémie, la malaria et les affections luétiques tertiaires.