Page:Kotzebue - Supplement au theatre choisi.djvu/163

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.




Erman.

Vous… avez vu… le jeune comte de Muller… il est au château depuis hier ; vous n’ignorez pas ses vues ; il vient ici dans l’intention…


Amélie

Oui, de m’épouser ?


Erman.

Il est vrai : mais, mademoiselle, M. votre père… soyez-en bien sûre, ne cherche pas à vous contraindre ; vous êtes libre… parfaitement libre de faire un choix : seulement il désirerait savoir votre façon de penser…


Amélie.

À l’égard du comte ?


Erman.

À l’égard du comte, ou à l’égard de qui que ce soit… vos idées en général sur l’état du mariage.


Amélie.

Mes idées ! je n’en ai aucune… On ne peut en avoir d’une chose que l’on ne connaît point du tout.


Erman.

Et c’est précisément la raison pourquoi M. votre père a désiré que j’eusse un entretien avec vous, afin de vous donner quelques notions, au sujet d’un état qu’il veut vous voir embrasser un jour, et qui a son bon et son mauvais côté.


Amélie.

Voyons donc le bon : le mauvais viendra toujours assez tôt.