Page:Kotzebue - Supplement au theatre choisi.djvu/177

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


son père ; alors un trouble involontaire, dont je ne puis me rendre raison, m’a saisi ; je l’ai laissé aller, et suis resté jusqu’à ce moment, sans pouvoir démêler ce que c’est, que ce mouvement si extraordinaire. Venez ? mon ami,… venez m’aider à rappeler mes esprits : cherchons surtout les moyens de sauver un malheureux, que mon insensibilité seule a rendu coupable.


Amélie, retenant le baron qui veut sortir.

Mon papa ! j’ai beaucoup… mais beaucoup causé avec M. Erman.


Le Baron.

Fort bien : je devine de quoi il était question : de mariage apparemment ?


Amélie.

Effectivement… mais nous ne sommes pas d’accord… n’est-il pas vrai ?


Erman, embarrassé.

M. le baron, passons dans votre cabinet. Je…


Amélie, retenant toujours son père.

Il ne veut pas me croire, il dit…


Erman.

J’ai pris la liberté de dire à mademoiselle Amélie tout…


Amélie.

Pour la première fois de sa vie, il n’a pu me convaincre : il parle de raison… quand je lui parle de mon cœur : il veut…


Erman, toujours plus embarrassé.

De grâce, M. le baron… dans votre cabinet…