Page:Kotzebue - Supplement au theatre choisi.djvu/201

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


appris à distinguer les diverses nuances de sensibilité, dont il est susceptible, et tu prends pour de l’amour ce qui n’est, comme je te l’ai déjà dit, qu’un pur sentiment de reconnaissance due, et très-vive. Je suis sûr que M. Erman lui-même, s’il pouvait se douter de l’impression qu’il à faite sur toi…


Amélie.

Oh ! mon papa, il n’en doute plus, car je lui ai tout avoué.


Le Baron.

Avoué ! mais en vérité, vous n’êtes pas sage ; et je Vous prie, qu’a-t-il répondu ?


Amélie.

Comme toujours : des raisons, et toujours des raisons ; il en a ses poches pleines ; il parlait de titres de noblesse, de famille, de devoirs, de confiance, que sais-je ! des argumens qui ne finissaient point, et qui au fond ne signifiaient rien : Moi j’ai tenu bon : mais lorsque j’ai voulu l’engager à venir vous parler sur cet objet, croyez-vous qu’il ait jamais voulu ?…


Le Baron.

Je reconnais bien là mon ami ; et n’en attendais pas moins de sa vertu et de son honnêteté.


Amélie.

C’est fort bien : mais où en serais-je moi avec sa discrétion ? il fallait bien cependant qu’un de nous deux parlât ; et c’est moi qui, plus hardie, plus sûre du cœur de mon père, ai osé prendre sur moi…