Page:Kotzebue - Supplement au theatre choisi.djvu/231

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.




Wilhelmine.

Eh bien ! pour lui, je ferai tout. Je me soumets à tout : pour lui j’ai bravé la honte, enduré la misère. Je me sens capable d’un plus grand effort encore. Oui, je pourrai me résoudre à porter dans l’âme de celui qui me fut plus cher que mon existence, un sentiment pénible et douloureux. Allons : mais auparavant, il me faut prendre congé de mes hôtes… Ah ! de mes vrais amis !


Erman.

C’est bien juste ; et je vais les chercher. (il appelle) Lucas ! Brigite !…




Scène V.


Les précédens, LUCAS, BRIGITE accourant.



Brigite.

Nous voici, monsieur le pasteur : ah ! bon Dieu, regarde donc, Lucas ? La vela sur ses deux pieds comme une oie. La bonne femme ! je ne l’avions jamais vue droite toute d’une venue comme cela !


Erman.

C’est par vos soins, mes enfans, que cette digne femme a été rappelée à la vie. Il est bien juste que vous en receviez la récompense. Votre tâche est finie : je vais l’emmener avec moi ; mais avant que de vous séparer (ramassant la bourse que Wilhelmine a jetée au commencement de la scène et la leur présentant) recevez ceci. (Brigite et Lucas refusent de la prendre) Prenez, prenez donc. Cet argent vous est bien dû…