Page:Kotzebue - Supplement au theatre choisi.djvu/233

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


part d’une bonne action ? Vous m’avez donné l’exemple de l’hospitalité, j’emmène cette digne femme chez moi, où je la ferai soigner comme il convient.


Lucas.

Alle y sera mieux que cheux nous ; çà n’est pas douteux. Je n’avons, nous, qu’un bon cœur, de la bonne volonté pour dix ; mais il faut plus que tout ça pour faire bouillir la marmite.


Brigite, embrassant Wilhelmine en pleurant.

Adieu donc… adieu… tachez de n’être pus si malheureuse.


Lucas, lui serrant la main.

Et quand vous aurez retrouvé vos jambes, faites-le moi dire : je viendrai vous donner le bras pour venir ici.


Wilhelmine, (fondant en larmes les embrasse tour-à-tour et donne le bras à M. Erman qui l’emmène.)

Adieu, mes bons amis… adieu…




Scène VI.


LUCAS, BRIGITE.




Brigite.

Adieu, adieu, M. le pasteur ; ayez-en bien soin, je vous en prie.


Lucas.

Eh bien, Brigite ?


Brigite.

Eh bien, Lucas ?