Page:Kropotkine - L Entraide un facteur de l evolution, traduction Breal, Hachette 1906.djvu/319

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


d’autres associations qui demandent aux membres de sacrifier leur temps, leur santé et leur vie, s’il le faut, dans un intérêt commun que nous pouvons donner nombre d’exemples de ces meilleures formes d’entr’aide.

L’association des bateaux de sauvetage en Angleterre, et de semblables institutions dans les autres pays de l’Europe, doivent être citées en première ligne. La première a maintenant plus de trois cents bateaux le long des côtes des Îles Britanniques, et elle en aurait deux fois plus, n’était la pauvreté des pêcheurs, qui n’ont pas toujours les moyens d’acheter un bateau de sauvetage. Les équipages sont cependant composés de volontaires, dont l’empressement à sacrifier leurs vies pour aller au secours de gens qui leur sont étrangers, est mis chaque année à une rude épreuve ; chaque année amène la perte de plusieurs parmi les plus braves. Et si nous demandons à ces hommes ce qui les pousse à risquer leurs vies, même lorsqu’il n’y a pas de chance probable de succès, leur réponse sera, à peu de chose près, semblable à celle que j’ai entendu : une terrible tempête de neige, soufflant sur la Manche, faisait rage sur la côte plate et sablonneuse d’un petit village du Kent, et un petit bateau caboteur, chargé d’oranges, venait échouer sur les sables. Dans ces eaux de peu de profondeur, on ne peut avoir qu’un bateau de sauvetage à fond plat, d’un modèle simplifié, et le mettre à la mer par une telle tempête c’était aller au-devant d’un désastre presque certain. Cependant les hommes sortirent, luttèrent pendant plusieurs heures contre le vent, et le bateau chavira deux fois. Un homme fut noyé et les autres furent jetés au rivage. Un de ces derniers, un excellent garde-côte, fut trouvé le matin suivant, tout meurtri et à moitié gelé, dans la neige. Je lui demandai comment ils étaient arrivés à faire cet effort désespéré. « Je ne le sais pas moi-même »