Page:Kropotkine - L Entraide un facteur de l evolution, traduction Breal, Hachette 1906.djvu/352

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


M. Adlerz cite également des expériences très intéressantes qui confirment ce qu’Huber avait déjà observé : à savoir que les fourmis de deux fourmilières différentes ne s’attaquent pas toujours entre elles. Il fit une de ses expériences avec la fourmi Tapinoma erraticum. Une autre fut faite avec la fourmi commune, Rufa. Prenant une fourmilière dans un sac, il la vida à six pieds d’une autre fourmilière. Il n’y eut pas de bataille, mais les fourmis de la seconde fourmilière se mirent à transporter les larves de la première. En général chaque fois que M. Adlerz mit en présence des ouvrières avec leurs larves, prises les unes et les autres dans deux différentes fourmilières, il n’y eut pas de bataille : mais si les ouvrières étaient sans leurs larves, un combat s’engageait (pp. 185-186).

M. Adlerz complète aussi les observations de Forel et de Mac Cook sur les « nations » de fourmis, composées de beaucoup de fourmilières différentes, et d’après ses propres estimations, qui amènent à une moyenne de 300.000 Formica exsecta dans chaque fourmilière, il conclut que de telles « nations » peuvent compter des vingtaines et même des centaines de millions d’individus.

Le livre de Maeterlinck sur les abeilles, si admirablement écrit, serait très utile, quoique ne contenant point de nouvelles observations, s’il n’était gâté par tant de « mots » métaphysiques.


III. - Associations de nidification

(Page 3).


Le Journal d’Audubon (Audubon and his Journals, New-York, 1898, page 35), surtout dans les parties où il raconte sa vie sur les côtes du Labrador et de la rivière du Saint-Laurent vers 1830, contient d’excellentes descriptions des associations de nidification, formées par les oiseaux aquatiques. En parlant du « Rocher », une des îles de la Madeleine ou îles d’Amherst, il écrit : — « A onze heures, me trouvant sur le pont, je distinguai nette-